ab ovo présente observatoirexpansé


“Kublai demanda à Marco :
– Toi qui regardes autour de toi et vois les signes, tu sauras me dire vers lesquel de ces avenirs nous poussent les vents propice ?
– Pour ces ports, je ne saurais tracer la route sur la carte ni fixer la date d’accostage. Parfois il me suffit d’une échappée qui s’ouvre au beau milieu d’un paysage incongru, de l’apparition de lumières dans la brume, de la conversation de deux passants qui se rencontrent dans la foule, pour penser qu’en partant de là, je pourrai assembler pièce à pièce la ville parfaite, composée de fragments jusqu’ici mélangés au reste, d’instants séparés par des intervalles, de signes que l’un fait et dont on ne sait pas qui les reçoit. Si je te dis que la ville à laquelle tend mon voyage est discontinue dans l’espace et le temps, plus ou moins marquée ici ou là, tu ne dois pas en conclure qu’on doive cesser de la chercher. Peut-être tandis que nous parlons est-elle en train de naître éparse sur les confins de ton empire ; tu peux la repérer, mais de la façon que je t’ai dite.”[1]

Observatoirexpansé est un exercice d’écriture dont l’auteur est multiple, lui-même ne connait pas tous les coins de son esprit, ni les langues qui habitent sa tête.

Observatoiexpansé parle de villes et chacune a son nom propre ; mais derrière Istanbul peut se dissimuler Paris, derrière Naples Rio de Janeiro.

Tout le monde est une ville, une seule ville est un monde. Et si chaque homme est une île, nous aussi nous sommes territoire, ville, monde.

Nos narrations qui parlent de villes, mais aussi en créent, en détruisent, elles parlent de villes pour parler d’autre chose.

20140228-193318.jpg

Derrière cet observatoire se cachent (ou se révèlent) des métèques[2], vivant entre deux ou plusieurs langues ; des langues maternelles, d’autres appris par la suite et difficiles à oublier, des langues rêvées aussi.

Nous partageons toutes une passion pour les villes (n’oublions pas que la passion recouvre et l’amour et la haine), l’architecture et le voyeurisme urbain[3], ainsi qu’un besoin d’expression que l’écriture apaise.

La ville, n’importe laquelle se montre à nous, quelques fois comme une image étrange, d’autres fois accompagnée d’une sensation de déjà-vu. La ville nous l’habitons, sans pouvoir en avoir jamais une expérience aboutie. La ville, nous la cherchons, nous y perdons.

Il y a des villes que l’on peut regarder de loin tout en étant à l’intérieur, des villes-labyrinthes, concentriques, symétriques, systématiques, illogiques, concentrées, étendues, des villes à perte de vue, plusieurs villes, une seule ville.

Observatoirexpansé est donc un terrain vague pour nos impressions et peut-être une guide atypique pour le lecteur amateur.

L’observatoire astronomique produit de l’illusion, celle d’être proche de ce qui est loin. C’est un moyen de connaissance à distance, figurant le désir de toucher ce que l’on ne peut voir à l’aide de ses yeux seuls.

Ce blog est un observatoire, dont les observatrices sont expansées, comme le polystyrène, gonflée de l’intérieur sous l’effet de la transformation du milieu. Expansé comme du polystyrène, léger, qui s’envole et voyage mais s’agglutine, s’attache, reste collé par ci et par là, sous l’action des lois électromagnétiques.

On voit de loin, on imagine, puis on s’envole et on reste collées, de temps en temps.

ab ovo

[1] Les Villes invisibles d’Italo Calvino traduit de l’italien par Jean Thibaudeau. Éditions Seuil.
[2] Pour info : A. HIST. GR. Étranger domicilié dans la cité, protégé par la loi et soumis, d’une façon générale, aux mêmes obligations militaires et fiscales que les citoyens, sans être admis, toutefois, à la citoyenneté.
B. P. ext., péj. Personne, souvent étrangère, dont l’aspect exotique, l’allure, le comportement n’inspirent pas confiance.
[3] Par voyeurisme urbain, nous désignons l’acte de s’asseoir dans les cafés, les restaurants, les bancs publics d’une ville pour observer les gens qui passent et fantasmer sur leur existence.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s